Quelques règles simples

- mélanger les catégories : on ne peut pas faire un vrai compost avec une seule catégorie de déchets. Il est important de mélanger des catégories opposées, telles que les carbonés (branches, feuilles mortes, cartons, copeaux de bois, …) et les azotés (déchets de cuisine, tontes de gazon,…). Pour réaliser ces mélanges, vous pouvez soit brasser les déchets dès le départ, soit les disposer en couches minces, alternées si possible.

- aérer les matières : les micro-organismes ont besoin d’oxygène. Si l’air ne circule pas, ils sont asphyxiés et des gaz malodorants sont produits. Pour assurer cette aération, on peut soit insérer des matières grossières (tailles, déchets fibreux broyés) qui permettent une aération passive permanente ou bien brasser régulièrement (notamment au début lorsque l’activité des micro-organismes est la plus forte, puis tous les 1 à 2 mois). Le brassage permet non seulement de décompacter le tas et de l’aérer, mais aussi d’assurer une transformation régulière.

- surveiller l'humidité : le compost doit être humide mais sans excès. Trop d’humidité empêche l’aération, ce qui freine le processus et peut entraîner des odeurs désagréables. Au contraire, un compost pas assez humide entraîne la mort des micro-organismes et le processus s’arrête. Dans ce cas là, il suffit d’arroser le compost.

Quels déchets?

     Tous les déchets organiques sont compostables :
       - les déchets de cuisine : épluchures, coquilles d’œufs, marc de café, filtres en papier, pain, fruits et légumes abîmés,…
       - les déchets de jardin : tontes de gazon, feuilles, fleurs fanées
       - les déchets de maison : mouchoirs en papier, essuie-tout, cendres de bois, sciures et copeaux, papier journal, carton
 
     D'autres se dégradent plus difficilement et demandent quelques précautions :
          - les déchets très ligneux ou durs : tailles, branches, os, noyaux, coquilles… qu’il vaut mieux broyer avant.
          - Les graines de certaines plantes qui peuvent re-germer.
     A éviter : les médicaments, les magazines (à cause des encres contenues dans le papier), les excréments d’animaux et les litières.

L'utilisation du compost

Comment reconnaît-on un compost mûr ? Tout simplement par son aspect homogène, sa couleur sombre, son agréable odeur de terre. Sa texture est fine et friable. Et bien évidemment les déchets de départ ne sont plus identifiables.
 
Avant maturité, vous pouvez disposer votre compost en paillage sur la terre, au pied des arbres.
A maturité, vous pouvez utiliser votre compost comme amendement organique ou encore comme support de culture.
Cependant, il faut éviter de semer ou de planter directement dans le compost.

Astuces

Avant de démarrer votre compost, il est préférable de faire une litière dans le fond du bac, c'est-à-dire de déposer des matières structurantes (broyat, branchages,...) sur 5 à 10 cm pour permettre l'aération des matières par le sol.

 

Si vous avez des tontes de gazon en abondance, pensez à faire un tas à côté de votre bac. En effet, si vous mettez toutes vos tontes d'un seul coup vous risquez d'asphyxier votre compost et le processus s'arrêtera. Incorporez vos tontes dans votre composteur par petite couche.

 

     Vous trouvez la démarche intéressante ? Vous voulez agir pour l'environnement ? Vous souhaitez produire vous-même votre compost ? Vous désirez réduire le poids de votre sac noir ?

 

Réservez dès maintenant le kit complet ou le bioseau au 05 45 96 99 40.

 

     De plus, vous êtes un passionné de jardinage ? Vous compostez déjà ? Vous souhaitez transmettre votre savoir-faire ?

 

Devenez "Référent Local" et faites profiter vos voisins de votre expérience.

 

     Pour plus d'informations, n'hésitez pas à nous contacter au 05 45 96 99 40.

Octobre 2017

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Pensez-vous que notre site est :

Voir les résultats